Dernière mise à jour: 14/12/2020

Nos critères de choix

19Produits analysés

24Heures investies

16Études prises en compte

146Commentaires collectés

Est-ce que vous ressentez de plus en plus souvent des sensations d’inconfort après manger ? Accompagnées de ballonnements, gazs et  digestions lourdes ? Tout ceci a-t-il un impact sur votre vitalité, et niveaux d’énergie au cours de la journée ? Avez-vous également pris du poids, sans vraiment savoir pourquoi ? Alors, il y a fort à parier que vos bactéries intestinales ne sont pas étrangères à la situation !

En effet, notre sentiment de bien-être général est en lien étroit avec notre flore intestinale. De plus, l’équilibre du microbiote intervient également comme une barrière de protection pour notre système immunitaire. Soit le bouclier de nos “bonnes” bactéries intestinales, face aux “mauvaises” bactéries, virus et autres agents pathogènes. Enfin, une flore intestinale saine garantit également un équilibre métabolique, et psychologique. Vous voulez en savoir plus sur les conséquences d’un microbiote déséquilibré, et les meilleurs moyens de restaurer sa flore intestinale ? On vous explique tout dans ce dossier complet, prenez note !




En Bref

  • Les bactéries intestinales sont indispensables pour préserver un bon état de santé général. De plus, elles sont les garantes d’une production suffisante de vitamines B, et K. Mais aussi de véritables boucliers de protection de l’intestin, et ferventes alliées de nos défenses naturelles, pour renforcer l’immunité.
  • De multiples facteurs peuvent endommager la flore intestinale : mauvaises habitudes alimentaires, prise d’antibiotiques prolongée, ou mode de vie déséquilibré. Bref, des paramètres disparates aux conséquence communes – à savoir, la diminution du nombre de bonnes bactéries au sein du microbiote.
  • Les probiotiques naturels, ou suppléments de probiotiques et prébiotiques se démarquent comme des alternatives sures et efficaces, pour restaurer une flore intestinale déséquilibrée. Cela dit, il est essentiel de respecter certains critères de qualité, et recommandations d’usage.

Les meilleurs suppléments pour restaurer la flore intestinale

Vous ressentez le besoin de rééquilibrer votre flore intestinale, et recherchez les suppléments adaptés à votre profil ? Vous n’avez que l’embarras du choix… Cela dit, pour une mission aussi sensible que l’équilibre du microbiote : mieux vaut miser sur la qualité ! Rassurez-vous, pour vous faciliter la tâche, nous avons élaboré une sélection avisée des meilleurs suppléments sur le marché. Quel format de présentation vous semble en accord avec les besoins de votre flore intestinale ?

Les meilleures souches de bactéries végan pour la flore intestinale

Un supplément riche en bactéries, soit 40 milliards d’UFC (unités formant colonies) par ration. Un complexe de 15 souches de bactéries de haute qualité, pures et à l’efficacité prouvée. Ce complexe biologique ne contient aucuns colorants, ni arômes artificiels.

Soit des ingrédients purs, exempts de tous additifs ou allergènes. Pour un supplément végan, sans gluten ni lactose, ou fruits à coques. Une fabrication certifiée par les BPF (Bonnes Pratiques de Fabrication) et sans OGM – respectueux de la flore intestinale comme de l’environnement.

Les meilleures souches de ferments lactiques pour la flore intestinale

Cette formulation combine 9 souches de micro-organismes vivants, associés à des ferments lactiques brevetés – tels que les Lactobacillus Plantarum, et Bifidobacterium Longum. Grâce à 3 souches Probi SelectTM, la flore intestinale bénéficie d’une diversité de souches actives pour rééquilibrer le microbiote.

Ce complément s’impose comme premier ferment lactique associé à un flavonoïde breveté – à l’efficacité garantie, en une seule prise journalière de 2 gélules. Un supplément qui comprend 60 milliards d’UFC, à l’efficacité clinique prouvée, sur toute la durée de vie du flacon.

La meilleure poudre végétale à effet laxatif pour rééquilibrer la flore intestinale

Ce supplément à double action, garantit un effet laxatif tout en rééquilibrant la flore intestinale. Les premiers effets sont ressentis dès 48 à 72 heures. La composition de cette poudre contient un ingrédient unique : des fibres de guar d’origine végétale hydrolysées.

En prime, cette poudre s’adapte parfaitement à la consommation courante, car elle ne possède aucun goût, ni odeur ou agent de texture. A dissoudre dans des boissons ou aliments liquides, avec une excellente tolérance pour les enfants de plus de 3 ans, adultes, séniors, ou durant la grossesse et allaitement – pour un usage à court, ou long terme.

La meilleure poudre d’inuline hypocalorique pour la flore intestinale

Un supplément d’origine végétale, aux ingrédients 100% naturels. Cette poudre d’inuline se distingue pour son action sur le transit, et l’équilibre de la flore intestinale. Avec 90% de fibres par ration, à combiner à vos boissons préférées, yaourts ou repas. La prise recommandée est de 10 g, à diluer dans 200 ml d’eau.

Les utilisateurs ont observé des bienfaits sur le transit dès les premières utilisations. Au vu de son pouvoir laxatif, il est essentiel de respecter les dosages préconisés. Avec une mention spéciale pour sa saveur agréable. Cette poudre d’inuline végane hypocalorique est très légèrement sucrée, et sans additifs. Adaptée à tous régime alimentaires, y compris aux diabétiques.

Guide d’achat : Tout ce que vous devez savoir pour restaurer la flore intestinale

Tout d’abord, la flore intestinale (ou microbiote) définit l’écosystème constitué de bactéries, virus et champignons qui prolifèrent au sein du système digestif. Il existe une relation dite de “mutualisme” avec le microbiote. A savoir, un échange entre “un lieu de vie” et une auto-alimentation pour les bactéries intestinales, qui, en échange, renforcent notre barrière, et nous protègent des “mauvaises bactéries”, agents pathogènes et agressions extérieures. Résultat ? Préservation des intestins, production de vitamines B et K, et renforcement de l’immunité (1).

De fait, la flore intestinale compte à peu près 100 milliards de microorganismes, de plus de 400 espèces différentes (majoritairement des bactéries). Cependant, dans certaines situations, le microbiote ne se suffit pas à lui-même, et l’écosystème en son entier est déséquilibré. Avec pour conséquence directe, un déséquilibre de la flore intestinale, et divers troubles de santé à la clé. Vous voulez en savoir plus sur les secrets d’une flore intestinale équilibrée ? Allons-y, on vous dit tout !

La production des hormones du stress aurait un impact néfaste sur les bactéries intestinales. Privilégiez des activités relaxantes et techniques de relaxation, telle que la méditation. (Source : Davydov: 95954364/ 123rf.com)

Qu’est-ce que la flore intestinale, et la dysbiose ?

Tout d’abord, on parle de déséquilibre de la flore intestinale intestinale, à partir du moment où nos “bonnes bactéries” ne peuvent évoluer sereinement au sein de l’intestin. Avec pour conséquence, une mauvaise adaptation microbienne des bactéries, à l’origine d’une affection de santé qui porte le nom de “dysbiose”.

La dysbiose, ou dysbactériose, définit une altération progressive de l’équilibre de la flore intestinale. De manière générale, la dysbiose fait suite à un déséquilibre de la prolifération des micro-organismes au sein de l’intestin (2). Et engendre souvent une déficience de la barrière intestinale, et la colonisation de bactéries pathogènes – responsables d’un affaiblissement global du système immunitaire.

C’est quoi les “bonnes” et “mauvaises” bactéries de la flore intestinale ?

Les bactéries intestinales ne sont pas toujours bénéfiques à notre microbiote, et se divisent en “bonnes” et “mauvaises” bactéries – soit les micro-organismes qui participent à la santé, et l’équilibre ou déséquilibre du microbiote. Les chercheurs ont mis en évidence la prévalence de souches telles que les Lactobacillus, Bifidobacterium spp. et Bacteroides au sein d’une flore intestinale saine (3).

Tandis que certaines affections de santé – comme l’obésité, ou les troubles intestinaux – semblent en lien avec un amoindrissement des “bonnes” bactéries – conjointement à une recrudescence des “mauvaises”, telles que les bactéries Firmicutes et Clostridia spp.

Dr. Pierre DesreumauxGastro-entérologue au CHU de Lille/Unité
“La flore intestinale désigne l’ensemble des bactéries que l’on retrouve naturellement dans notre intestin. Notre organisme peut être attaqué par des bactéries qui sont pathogènes, souvent liées à notre alimentation, à la prise de médicaments ou à notre état psychique (anxiété). Une présence trop importante de ces bactéries pathogènes crée un déséquilibre de la flore intestinale”.

Quand refaire sa flore intestinale ?

De fait, les bactéries intestinales cohabitent au sein du système digestif. Cela dit, si jamais les bactéries ne vivent pas en harmonie avec l’environnement du microbiote, elles peuvent se détériorer, et laisser place à des bactéries pathogènes, nuisibles à l’organisme. En l’occurence, divers facteurs ou consommations peuvent être à l’origine de cet affaiblissement de la flore intestinale, tels que :

  • Prise d’antibiotiques : bien que les antibiotiques soient nécessaires au traitement de multiples troubles de santé, une utilisation inadaptée peut avoir des conséquences sur la flore intestinale – à court, ou long terme (4).
  • Alimentation déséquilibrée : le microbiote a été sujet à des études sur des personnes à l’alimentation riche en protéines animales, graisses saturées et glucides. Avec des conclusions sans appel sur une perte de diversité bactérienne, combinée à une recrudescence d’agents pathogènes (5).
  • Consommation excessive chronique d’alcool : des études ont mis en évidence l’apparition d’inflammations bactériennes, suite à des excès d’alcool (6). Les conclusions établissement un lien immédiat avec l’apparition de troubles du système digestif, et immunitaire.
  • Tabagisme : en parallèle des altérations du système respiratoire, la fumée de tabac pourrait altérer la composition de l’écosystème de la flore intestinale – suite à la détérioration de “bonnes” bactéries, à savoir les Bacteroides (7).

Les fibres fermentescibles sont utilisées comme source d’alimentation des bactéries intestinales. Et plus particulièrement, les légumes, légumineuses, céréales complètes et oléagineux. (Source : Bondd: 116433551/ 123rf.com)

Pourquoi restaurer sa flore intestinale ?

Les bactéries se révèlent les meilleures alliées de l’intestin, garantes de l’état de santé, et bien-être général. Aussi, l’affaiblissement ou la disparition de micro-organismes peut entraîner des conséquences en chaîne, telles que :

  • Système immunitaire : l’altération des bactéries intestinales pourraient être en relation avec des maladies immunitaires telles que la sclérose en plaques et le diabète de type I, l’asthme et les allergies (8) – en parallèle de la colonisation, et prolifération de bactéries pathogènes.
  • Obésité : des études scientifiques ont démontré un lien de causalité entre les déséquilibres du microbiote, et le développement de l’obésité (9). Ainsi, on observe une nette diminution des “bonnes” bactéries (Bacteroides) chez les personnes obèses, associée à une recrudescence de micro-organismes pathogènes (Firmicutes). Avec un inversement de la proportion de bonnes et mauvaises bactéries intestinales, en cas de perte de poids.
  • Allergies : l’incidence des allergies, et troubles liés, a subi une augmentation notoire durant les 50 dernières années – principalement dans les pays développés. Sous la forme d’allergies diverses, de type alimentaires ou respiratoires : réactions allergiques ou intolérances alimentaires, asthme ou troubles respiratoires. Les recherches scientifiques soulignent la corrélation entre ces affections de santé, et les changements d’alimentation, modifications des bactéries intestinales, et impact sur le microbiote (10).
  • Troubles du stress et anxiété : il est fréquent de faire référence à une véritable communication entre le cerveau et l’intestin – qui s’influencent mutuellement, et interagissent en permanence. Un lien de causalité évident a été établi entre les mauvaises habitudes alimentaires, le déséquilibre de la flore intestinale, et le développement de stress et anxiété (11).

Quels sont les symptômes du déséquilibre de la flore intestinale ?

De nombreux symptômes, et signaux d’alarme, permettent de détecter les prémisses des déséquilibres de la flore intestinale. Soyez vigilants, en cas de :

  • Ballonnements
  • Nausées et vomissements
  • Douleurs abdominales
  • Episodes de constipation et/ou diarrhée
  • Sensations de fatigue sévère
  • Apparition de troubles de l’humeur

Le vin rouge est riche en polyphénols, soit les substances chimiques présentes dans le raisin. Des composants qui possèdent un fort pouvoir antioxydant, et constituent d’excellents prébiotiques, qui nourrissent la flore intestinale. (Source : Belchonock: 36864502/ 123rf.com)

Comment entretenir sa flore intestinale ? Les 3 meilleurs secrets

En premier lieu, il est essentiel d’adopter certaines nouvelles habitudes de vie plus saines, pour commencer à restaurer sa flore intestinale. Telles que de nouvelles habitudes alimentaires, ou une activité physique régulière. Cependant, certains changements en parallèle peuvent vous accompagner dans le rééquilibrage du microbiote. Tout d’abord, boire suffisamment d’eau chaque jour, mais également :

  • Miser sur les fibres fermentescibles : soit les catégories de fibres les plus fermentables, qui vont servir de nourriture à nos bactéries intestinales (12). A retrouver dans les légumes, légumineuses, céréales complètes et oléagineux.
  • Repos et détente à volonté : la production d’hormones du stress a un impact néfaste sur l’évolution des bactéries intestinales. Privilégiez des techniques de relaxation, telle que la méditation.
  • Tenez-vous éloignés des émulsifiants alimentaires : il s’agit ici d’additifs ajoutés aux aliments pour améliorer leur texture, et prolonger leur validité. Ces substances pourraient également altérer la flore intestinale, avec risques d’inflammations à la clé (13).
Dr. Philippe SansonettiDirecteur de l’unité de pathogénie microbienne moléculaire de l’Institut Pasteur/Inserm
“Une alimentation riche en lipides n’est pas bonne pour le cœur. Une consommation très importante de lipides perturbe aussi la flore intestinale, et augmente la perméabilité de l’intestin. Ce qui peut avoir des conséquences néfastes pour la santé”.

Est-ce que le vin rouge peut améliorer la flore intestinale ?

En effet, le vin rouge est reconnu pour sa teneur élevée en polyphénols (substances présentes dans le raisin). Soit des composants antioxydants qui nourrissent la flore intestinale, au même titre que des prébiotiques (14).

Pour une consommation de vin responsable et maîtrisée, gardez en tête les recommandations suivantes (15) :

  • Comptez 150 ml pour un verre de vin.
  • Hommes : consommez environ 400 ml par jour.
  • Femmes : pas plus de 300 ml de vin rouge par jour.

Critères d’achat

Face à la multiplicité des suppléments qui visent à restaurer la flore intestinale, difficile parfois de déterminer le produit le plus adapté au déséquilibre de son propre microbiote. Pour une sélection avisée, portez votre attention sur les critères de sélection suivants :

Format de présentation

Divers formats s’offrent à vous, aucune recommandation stricte à ce sujet. Tout dépend ici de votre mode d’administration favori, et de la compatibilité avec vos besoins, et déséquilibres. Voici les diverses catégories à votre disposition, ainsi que leur principaux avantages et inconvénients. Faites votre choix !

Format de présentation Avantages Inconvénients
Capsules

– Probiotiques

– Prébiotiques

– Super-aliments

– Format économique.

– Dosage pré-établi.

– Des ingrédients parfois sujets à intolérances alimentaires.
Poudre

– Probiotiques

– Prébiotiques

– Super-aliments

– A combiner avec vos boissons, jus et milkshakes.

– Plus riches en fibres.

– Coût de revient plus onéreux.

– Moins faciles à doser.

– Plus instables.

Infusions

– Super-aliments

– Saveurs agréables.

– Bienfaits pour la santé intestinale, et bien-être général.

– Attention aux interactions médicamenteuses.

– Coût plus élevé.

Régime alimentaire

Si jamais vous poursuivez un régime spécifique, ou souffrez d’intolérances alimentaires, veillez à bien scruter les étiquettes de composition. Plus particulièrement, en cas d’intolérance au gluten, ou lactose.

Enfin, si vous êtes végétarien ou végan, fiez-vous aux labels et certifications adaptés. N’hésitez pas à consulter votre médecin avant de démarrer votre supplémentation – à poursuivre sous surveillance médicale.

De nombreuses études ont mis en évidence un lien étroit entre l’altération des bactéries intestinales, et la santé mentale. Ainsi, la dysbiose intestinale accentuerait les épisodes de stress, et d’anxiété. (Source : Davydov: 101585245/ 123rf.com)

Probiotiques et prébiotiques

Dans le cas des pro biotiques et prébiotiques, certaines recommandations générales faciliteront amplement votre sélection, et consommation. A savoir :

  • Probiotiques : misez sur les suppléments qui contiennent entre 100 et un milliard d’UFC (Unités Formant Colonies) (16).
  • Prébiotiques : consommez 10 à 12 grammes par jour – sous suivi médical.

En Résumé

L’écosystème de notre flore intestinale est sensible, et peut se révéler notre meilleur ami, comme ennemi. En effet, la détérioration de nos bactéries intestinales, peut entraîner une colonisation de “mauvaises” bactéries, à l’origine de symptômes de troubles intestinaux – tels que la diarrhée, constipation ou ballonnements. Mais également altérer notre immunité, et état de santé général.

C’est pourquoi, il est essentiel en cas de besoin, de connaître les meilleurs moyens de préserver et restaurer sa flore intestinale. Notamment grâce à l’utilisation de probiotiques et prébiotiques, ou suppléments riches en souches de bonnes bactéries, et ferments lactiques. Privilégiez toujours une consommation maîtrisée, sous surveillance médicale, pour une sécurité et efficacité optimale. Préserver sa flore intestinale… c’est prendre soin de son intestin, comme de son esprit. “Un esprit sain dans un corps sain”, votre intestin vous dira merci !

Vous voulez en savoir plus sur la flore intestinale, la santé ou le bien-être ? Alors, consultez nos guides complets, et n’hésitez pas à nous laisser un commentaire. Enfin, merci de partager cet article avec vos amis sur les réseaux sociaux !

(Source de l’image principale : Amikishiyev: 81839268/ 123rf.com)

Références (16)

1. Guarner F., Papel de la flora intestinal en la salud y en la enfermedad [Internet]. Nutrición Hospitalaria. 2007.
Source

2. Degruttola AK, Low D, Mizoguchi A, Mizoguchi E. Current Understanding of Dysbiosis in Disease in Human and Animal Models [Internet]. Inflammatory Bowel Diseases. 2016;22(5):1137–50.
Source

3. Icaza-Chávez M. Microbiota intestinal en la salud y la enfermedad. Revista de Gastroenterología de México. 2013;78(4):240–8.
Source

4. Gunzburg JD, Ghozlane A, Ducher A, Chatelier EL, Duval X, Ruppé E, et al. Protection of the Human Gut Microbiome From Antibiotics [Internet]. The Journal of Infectious Diseases. 2017;217(4):628–36.
Source

5. Filippo CD, Cavalieri D, Paola MD, Ramazzotti M, Poullet JB, Massart S, et al. Impact of diet in shaping gut microbiota revealed by a comparative study in children from Europe and rural Africa. Proceedings of the National Academy of Sciences. 2010;107(33):14691–6.
Source

6. Patel S, Behara R, Swanson G, Forsyth C, Voigt R, Keshavarzian A. Alcohol and the Intestine. Biomolecules. 2015;5(4):2573–88.
Source

7. Lee SH, Yun Y, Kim SJ, Lee E-J, Chang Y, Ryu S, et al. Association between Cigarette Smoking Status and Composition of Gut Microbiota: Population-Based Cross-Sectional Study. Journal of Clinical Medicine. 2018;7(9):282.
Source

8. Petersen C, Round JL. Defining dysbiosis and its influence on host immunity and disease. Cellular Microbiology. 2014;16(7):1024–33.
Source

9. Teresa A., Giuseppe D., Susana D., Manuel F. Microbiota [Internet]. Recomendaciones de la Sociedad Española de Enfermedades Infecciosas y Microbiología Clínica. 2016.
Source

10. Plunkett CH, Nagler CR. The Influence of the Microbiome on Allergic Sensitization to Food. The Journal of Immunology. 2017;198(2):581–9.
Source

11. Foster JA, Rinaman L, Cryan JF. Stress & the gut-brain axis: Regulation by the microbiome. Neurobiology of Stress. 2017; 7:124–36.
Source

12. Chassaing B, Vijay-Kumar M, Gewirtz AT. How diet can impact gut microbiota to promote or endanger health. Current Opinion in Gastroenterology. 2017;33(6):417
Source

13. Chassaing B, Koren O, Goodrich JK, Poole AC, Srinivasan S, Ley RE, et al. Dietary emulsifiers impact the mouse gut microbiota promoting colitis and metabolic syndrome. Nature. 2015;519(7541):92–6.
Source

14. Queipo-Ortuño MI, Boto-Ordóñez M, Murri M, Gomez-Zumaquero JM, Clemente-Postigo M, Estruch R, et al. Influence of red wine polyphenols and ethanol on the gut microbiota ecology and biochemical biomarkers. The American Journal of Clinical Nutrition. 2012;95(6):1323–34.
Source

15. Guzmán O. Salud y consumo moderado de vino. Enfermería Global. 2009.
Source

16. Antonieta G., Ramon B. Probióticos [Internet]. Farmacia Profesional. 2017.
Source

Pourquoi tu peux me faire confiance?

Article scientifique
Guarner F., Papel de la flora intestinal en la salud y en la enfermedad [Internet]. Nutrición Hospitalaria. 2007.
Aller à la source
Article scientifique
Degruttola AK, Low D, Mizoguchi A, Mizoguchi E. Current Understanding of Dysbiosis in Disease in Human and Animal Models [Internet]. Inflammatory Bowel Diseases. 2016;22(5):1137–50.
Aller à la source
Article scientifique
Icaza-Chávez M. Microbiota intestinal en la salud y la enfermedad. Revista de Gastroenterología de México. 2013;78(4):240–8.
Aller à la source
L'étude chez l'homme
Gunzburg JD, Ghozlane A, Ducher A, Chatelier EL, Duval X, Ruppé E, et al. Protection of the Human Gut Microbiome From Antibiotics [Internet]. The Journal of Infectious Diseases. 2017;217(4):628–36.
Aller à la source
L'étude chez l'homme
Filippo CD, Cavalieri D, Paola MD, Ramazzotti M, Poullet JB, Massart S, et al. Impact of diet in shaping gut microbiota revealed by a comparative study in children from Europe and rural Africa. Proceedings of the National Academy of Sciences. 2010;107(33):14691–6.
Aller à la source
Examen systématique
Patel S, Behara R, Swanson G, Forsyth C, Voigt R, Keshavarzian A. Alcohol and the Intestine. Biomolecules. 2015;5(4):2573–88.
Aller à la source
L'étude chez l'homme
Lee SH, Yun Y, Kim SJ, Lee E-J, Chang Y, Ryu S, et al. Association between Cigarette Smoking Status and Composition of Gut Microbiota: Population-Based Cross-Sectional Study. Journal of Clinical Medicine. 2018;7(9):282.
Aller à la source
Article scientifique
Petersen C, Round JL. Defining dysbiosis and its influence on host immunity and disease. Cellular Microbiology. 2014;16(7):1024–33.
Aller à la source
Article scientifique
Teresa A., Giuseppe D., Susana D., Manuel F. Microbiota [Internet]. Recomendaciones de la Sociedad Española de Enfermedades Infecciosas y Microbiología Clínica. 2016.
Aller à la source
Article scientifique
Plunkett CH, Nagler CR. The Influence of the Microbiome on Allergic Sensitization to Food. The Journal of Immunology. 2017;198(2):581–9.
Aller à la source
Article scientifique
Foster JA, Rinaman L, Cryan JF. Stress & the gut-brain axis: Regulation by the microbiome. Neurobiology of Stress. 2017; 7:124–36.
Aller à la source
Article scientifique
Chassaing B, Vijay-Kumar M, Gewirtz AT. How diet can impact gut microbiota to promote or endanger health. Current Opinion in Gastroenterology. 2017;33(6):417
Aller à la source
Estudio en ratas
Chassaing B, Koren O, Goodrich JK, Poole AC, Srinivasan S, Ley RE, et al. Dietary emulsifiers impact the mouse gut microbiota promoting colitis and metabolic syndrome. Nature. 2015;519(7541):92–6.
Aller à la source
L'étude chez l'homme
Queipo-Ortuño MI, Boto-Ordóñez M, Murri M, Gomez-Zumaquero JM, Clemente-Postigo M, Estruch R, et al. Influence of red wine polyphenols and ethanol on the gut microbiota ecology and biochemical biomarkers. The American Journal of Clinical Nutrition. 2012;95(6):1323–34.
Aller à la source
Article scientifique
Guzmán O. Salud y consumo moderado de vino. Enfermería Global. 2009.
Aller à la source
Article scientifique
Antonieta G., Ramon B. Probióticos [Internet]. Farmacia Profesional. 2017.
Aller à la source