Vitamines cheveux
Publié: 03/11/2020

Nos critères de choix

19Produits analysés

35Heures investies

25Études prises en compte

124Commentaires collectés

Vous êtes sujets à divers troubles intestinaux ? Vous souffrez régulièrement de diarrhée, constipation, ballonnements ou douleurs abdominales ? Nul doute que le souci est en relation avec vos bactéries intestinales. En effet, au sein de notre intestin se déploie un écosystème insoupçonné, plus connu sous le nom de microbiote, ou flore intestinale. Il est formé de plus de cent milliards de bactéries, soit des milliers d’espèces différentes (1). D’où le rôle clé de la bactérie intestinale, pour nos fonctions digestives, état de santé et bien-être général.

Alors, face à ce terme si subjectif, que penser au sujet de la bactérie intestinale : sont-elles bonnes ou mauvaises pour l’organisme ? Ça dépend des fois en vérité ! De fait, le corps humain vit chaque jour en harmonie avec des milliards de bactéries en présence, que ce soit au travers de notre système respiratoire, ou à même la peau (2). Au final, les bactéries se distinguent comme des organismes qui nous permettent de renforcer notre barrière contre les infections, et agressions extérieures. Mais alors, comment distinguer les bonnes des mauvaises bactéries ? Et doit-on considérer la bactérie intestinale, comme notre alliée ou ennemie ? Autant de questions auxquelles nous répondrons au cours de ce guide !




En Bref

  • La répartition et qualité de nos bactéries intestinales est directement influencée par notre alimentation, patrimoine génétique et environnement.
  • Le microbiote joue un rôle clé pour identifier le type de bactérie intestinale nocive. Ainsi, l’organisme lutte activement contre les mauvaises bactéries, qui pourraient altérer notre état de santé et immunité.
  • Certains troubles de santé, associés à une prise de médicaments ou antibiotiques, peuvent se révéler nuisibles à un type de bactérie intestinale essentielle à notre santé. C’est pourquoi il est capital de les renouveler, grâce à des apports alimentaires ou suppléments.

Notre sélection des meilleurs suppléments de bactérie intestinale sur le marché français

Vous souhaitez préserver vos fonctions digestives, et nourrir votre microbiote à l’aide de suppléments en bactéries intestinales. Mais vous ne savez pas vraiment par où commencer ? Rassurez-vous, nous avons sélectionné pour vous les meilleurs suppléments actuellement disponibles sur le marché. Alors, quel type de bactérie intestinale est votre meilleure alliée ?

Le meilleur supplément de bactérie intestinale en probiotique végan

NO

Un supplément à base de ferments lactiques brevetés, riches en bactéries intestinales végan. Une formulation qui associe 9 souches bactériennes, comme le Lactobacillus Plantarum et Bifidobacterium Longum, pour diversifier les bactéries intestinales, et reéquilibrer le microbiote. 

Un mode d’administration simple et efficace, pour profiter d’un ferment lactique associé à un flavonoïde breveté – grâce à 2 gélules par jour. Une composition végan, naturelle et sans gluten, ni soja ou stéarate de magnésium.

Le meilleur supplément de bactérie intestinale en probiotique sans OGM

Un probiotique qui ne compte pas moins de 40 milliards de UFC (unité formant colonie), ainsi que 15 souches bactériennes par dose, en combinaison avec des Lactobacillus, Bifidobacterium, et Streptococcus. Le tout réuni dans des capsules de bactéries intestinales, qui résistent aux acidités gastriques.

La prise recommandée est de 2 capsules par jour, avec un grand verre d’eau. Avec une mention pour sa composition sans OGM. Des bactéries intestinales plébiscitées pour leur haute qualité, et les nettes améliorations du confort intestinal, et de l’apparence de la peau.

Le meilleur supplément de bactérie intestinale issue de souches françaises

Un supplément à teneur élevée en souches, qui contribue au bien-être du microbiote intestinal, grâce à la synergie du Lactobacillus et Bifidobacterium. Soit des souches bactériennes naturellement présentes au sein du tube digestif, riches en propriétés à large spectre.

Ce supplément mise sur la traçabilité d’une production 100% Française, déposées à la Collection Nationale de Cultures de Micro-organismes (CNCM). La prise quotidienne conseillée en cas de troubles réguliers, est de 2 à 4 gélules pendant 8 jours, puis 1 à 2 gélule pendant 2 semaines.

Le meilleur supplément de bactérie intestinale pour les plus gastro-sensibles

Une formulation unique pour ce probiotique riche en fécule de pomme de terre, idéal pour les personnes les plus sensibles, ou qui souffrent de syndrome du côlon irritable. Un supplément végan, à 16 souches à large spectre, soit les Lactobacillus, Bifidobacterium et Streptococcus.

La prise quotidienne est de 2 capsules, qui contiennent jusqu’à plus de 50 milliards d’UFC (unité formant colonie). A prendre à jeun, ou au cours du repas. Un probiotique de haute qualité à excellent rapport qualité-prix, pour un soulagement des troubles intestinaux longue durée.

Tout ce que vous devez savoir sur la bactérie intestinale

Les études scientifiques sur la bactérie intestinale ont mis en évidence leur présence, dès la naissance. De plus, les recherches ont également observé la présence de bactérie intestinale chez les prématurés, ce qui laisse à  supposer que nous sommes en contact avec ces bactéries, dès la grossesse.

Puis, il semble que les bactéries se diversifient, vers l’âge de 2 ou 3 ans, environ. Il s’agit d’un équilibre entre la prolifération de bactérie intestinale dans l’intestin – zone de confort, et source d’alimentation des micro-organismes – et le renforcement d’une barrière de protection contre les agressions extérieures. Bref, un savant mélange et échange de bons procédés !

Certains aliments sont des sources naturelles de probiotiques, comme les yaourts par exemple. 
(Source : Marctran: 100914463/ 123rf.com)

Qu’est-ce que la bactérie intestinale ?

Il s’agit de minuscules hôtes au sein du corps humain, de taille microscopique, qui répondent à l’appellation plus générale de microbiote, ou flore intestinale. Soit des microorganismes qui co-existent en harmonie, sur la base d’une relation dite de “mutualisme”. A savoir que nous nourrissons notre bactérie intestinale, qui nous fait ensuite profiter de ses multiples bienfaits.

Parmi les bactéries intestinales les plus présentes et connues au sein du corps humain, on peut notamment citer :

  • E. Coli (malgré son lien avec certaines pathologies, cette bactérie vit en harmonie au sein du corps – sauf, en cas de déséquilibre du microbiote)
  • Bacteroïdes
  • Bifidobacterium
  • Eubacterium
  • Clostridium
  • Lactobacillus
  • Fusobacterium

Quel est le rôle de la bactérie intestinale ?

Les innombrables fonctions, et bienfaits, des micro-organismes qui logent dans nos intestins sont encore soumis à études, et expérimentations (2, 5). Cependant, les scientifiques ont déjà identifié un grand nombre de leurs propriétés, notamment :

  • Prévenir le risque d’infection par des colonies de micro-organismes étrangers
  • Faciliter la digestion alimentaire
  • Sources de vitamines B et K, que l’organisme ne peut synthétiser seul
  • Maintenir et renforcer l’équilibre des défenses immunitaires
  • Des études en cours soulignent le rôle des bactéries intestinales en prévention du risque de développer des cancers (du côlon, sein ou prostate)
  • La science a mit en évidence un lien étroit entre bactérie intestinale, et amélioration des troubles métaboliques, neurologiques et psychiatriques (3)
Quentin NicardIngénieur des biotechnologies à Paris
“Le microbiote intestinal participe à la défense immunitaire. Les micro-organismes de la flore intestinale agissent notamment pour empêcher l’installation de certains agents pathogènes, limiter un développement infectieux, et stimuler le système immunitaire”.

Qu’est-ce qui peut nuire à l’équilibre de notre diversité de bactérie intestinale ?

Les bactéries intestinales ont le pouvoir de s’adapter aux multiples modifications de leur écosystème, tout en maintenant l’équilibre de notre flore intestinale. Cependant, dans certaines situations, le microbiote se voit radicalement modifié, et endommagé. Cette altération à laquelle nos bactéries intestinales ne peuvent pallier, a pour effet ce qu’on appelle la “dysbiose” (2).

A savoir, un déséquilibre de la flore intestinale qui peut avoir de graves conséquences ; dont une baisse notoire du nombre de bactéries intestinales au sein du microbiote, des mutations et altérations de leur PH ou environnement, et une colonisation de bactéries intestinales toxiques. Voici les facteurs à risques qui peuvent nuire aux bactéries intestinales :

  1. Troubles intestinaux graves, et pathologies telles que le cancer du côlon, maladie cœliaque, inflammations de l’intestin ou infections par des colonies de bactéries étrangères toxiques.
  2. Pathologies extra-intestinales comme le diabète, l’obésité et le déséquilibre des défenses immunitaires.
  3. La consommation prolongée de médicaments antibiotiques.
  4. Un régime alimentaire trop riche en glucides, sucres raffinés et graisses saturées ; et trop pauvre en fibres.
  5. Un processus de vieillissement accompagné de malnutrition.
  6. Une vie trop sédentaire.
  7. Des épisodes de stress.
  8. Une consommation excessive de de tabac, drogues ou alcool.

Le thé Kombucha se présente comme une infusion fermentée à base de thé, sucre, bactéries et levures.
(Source : Manchinda: 127562913/ 123rf.com)

Quelle est la différence entre probiotiques et prébiotiques ?

Attention ! Les termes pourraient presque se confondre. Et pourtant, probiotiques et prébiotiques désignent deux types de molécules, certes étroitement liées, mais distinctes par leurs fonctions :

  • Probiotiques : soit des micro-organismes vivants, qui une fois consommés en quantités adaptés, ont la capacité de réguler la flore intestinale, ainsi que les fonctions digestives en leur ensemble. Les probiotiques les plus répandus sur le marché sont les Lactobacilles, et les Bifidobactéries.
  • Prébiotiques : il s’agit ici de molécules de plus grande taille, non digérées par l’organisme. Une fois que les prébiotiques atteignent en quantités suffisantes les intestins, ils nourrissent la bactérie intestinale. Les prébiotiques servent donc d’aliments aux probiotiques, pour renforcer leur action bénéfique sur le microbiote. Parmi les sources de prébiotiques, on retrouve : inuline, fécule de pomme de terre, et aliments à base de galacto-oligosaccharides (naturellement présents dans le lait maternel).

Qui ne doit pas prendre de probiotiques pour les bactéries intestinales ?

Malgré le fait que les probiotiques se démarquent pour leur effets secondaires quasi inexistants, certaines catégories de personnes, en fonction de l’âge, période de vie ou état de santé, ne devraient pas en consommer. Notamment :

  • Immuno-déprimés : sont inclus dans cette catégorie, les personnes atteintes du virus du HIV (sida), mais aussi ceux qui ont subi une transplantation ou souffrent de maladies auto-immunes – comme le lupus érythémateux systémique, la polyarthrite rhumatoïde ou sclérose en plaques (22). En fonction de chaque profil, certains immunos-déprimés peuvent avoir recours aux probiotiques, mais uniquement sous surveillance médicale stricte.
  • Nourrissons et enfants : certes, on peut trouver des probiotiques pour enfants dans le secteur des suppléments. Cependant, leur consommation doit être uniquement administrée sous la responsabilité de leur pédiatre référent.
  • Etapes de vie : de manière générale, les probiotiques sont des plus recommandés pour les séniors, ou femmes enceintes. Cependant, leur consommation doit être responsable et contrôlée  – sous peine de souffrir de leurs désagréments, et nuire à vos défenses immunitaires (23).

Comment soigner la bactérie intestinale grâce à l’alimentation ?

Le rôle clé des probiotiques et prébiotiques pour la santé intestinale, est au coeur des études et recherches scientifiques. Leurs bienfaits sont valorisés et prouvés par la médecine ; hors un large panel d’aliments riches en ces molécules sont à votre portée, pour combler vos apports naturellement, par le biais de l’alimentation. Voici une liste exhaustive des aliments à inclure dorénavant à votre panier de courses, pour bénéficier de leur action bénéfique sur le microbiote :

Aliments probiotiques

En parallèle des saveurs uniques que le processus de fermentation confère aux aliments, il engendre également une diminution considérable du pH. En effet, il s’agit ici d’une technique de conservation des aliments qui limite la prolifération de micro-organismes pathogènes, et accélère le développement de bonnes bactéries pour la flore intestinale (16). Ainsi, n’hésitez à consommer les aliments suivants, en guise de probiotiques naturels :

  • Yaourt
  • Chocolat noir
  • Fromage à pâte molle
  • Thé Kombucha (infusion fermentée à base de bactéries et levures)
  • Babeurre
  • Aubergines marinées
  • Pain au levain
  • Tempeh (produit à base de fèves de soja fermentées)
  • Miso (assaisonnement au coeur de la cuisine asiatique, à base de champignon Koji fermenté)
  • Chou fermenté (choucroute)
  • Vinaigre

Attention ! Il est capital de bien différencier la technique de pasteurisation, du processus de fermentation. En effet, la pasteurisation élimine l’ensemble des micro-organismes vivants (bons ou mauvais), au cours de la préparation.

Aliments prébiotiques

A l’inverse, les prébiotiques ne sont pas constitués de micro-organismes vivants, mais sont leurs aliments. Autrement dit, les prébiotiques servent de nourriture aux probiotiques, pour maintenir l’équilibre de cet écosystème interne qu’est notre microbiote. Parmi les aliments prébiotiques les plus significatifs, on peut citer :

  • Les amidons résistants : à retrouver dans les bananes vertes, et l’avoine. Ainsi que dans les féculents – pommes de terre, riz et pâtes – après un processus de refroidissement de 6 à 7 heures environ.
  • L’inuline : naturellement présente dans l’ail, les oignons, poireaux, asperges. Mais aussi l’agave, le blé ainsi que l’ananas.
  • Pectine : des substances que l’on peut consommer grâce aux carottes, haricots, raisins, pommes, prunes, mûres et myrtilles.
  • Les oligo-fructosaccharides : que vous retrouverez principalement dans les oignons, poireaux, artichauts, navets, asperges et l’ail.
  • Bêta-glucanes : ces derniers intégrent la composition de la levure de bière, mais aussi de l’orge, l’avoine et les champignons.
  • Les galacto-oligosaccharides : omniprésents dans le lait maternel.

Critères d’achat

N’oubliez pas que les probiotiques ne représentent pas l’option universelle pour réguler le microbiote, grâce à des bactéries intestinales idéales pour tous. Attention ! A chaque profil médical, ses probiotiques à privilégier. C’est pourquoi il est essentiel de décrypter chaque produit, pour mieux sélectionner le plus adapté à votre état de santé (3) :

Un microbiote intestinal sain identifie et lutte contre les mauvaises bactéries, afin de préserver notre système immunitaire des dommages causés par les bactéries toxiques. (Source : Geralt: 123081/ Pixabay.com)

Résistance des souches bactériennes

Privilégiez les suppléments en probiotiques, résistants à la fois au froid, et à l’humidité. En effet, les probiotiques les plus sensibles à l’environnement ambiant, ou à conserver au frais, sont généralement les premiers produits à perdre leur efficacité (14).

La résistance des souches bactériennes est également issue du procédé d’encapsulation des probiotiques ; ainsi que leur combinaison éventuelle avec des prébiotiques comme l’inuline, ou les fructo-oligosaccharides (FOS) (18).

Emballage des capsules

Les probiotiques sont le plus souvent en contact direct avec des agents extérieurs, durant leur transport depuis les usines, jusqu’à notre intestin. Des facteurs externes comme les températures élevées, l’humidité ou le contact avec nos acides biliaires et gastriques, peuvent réduire la quantité de bactéries intestinales comprises dans les probiotiques.

Il a été prouvé que l’encapsulation des suppléments était une technique des plus sécurisées, pour protéger les bactéries intestinales, et ptimiser leur bienfaits (25).

Quantités d’UFC (unité formant colonie)

Disons simplement que plus votre supplément contient d’unités formant colonie (UFC), plus son efficacité est optimale. Un supplément comprend en moyenne cent à un milliard d’UFC : soit des unités de mesure de la quantité de bactérie intestinale vivante ou morte, dans les probiotiques (14).

Cela dit, rappelons que les UFC ne sont pas garantes de l’efficacité du supplément. Au final, seuls les micro-organismes qui vont être absorbés par le tube digestif, seront véritablement utiles à l’équilibre de la flore intestinale (24).

Souche bactérienne et fonctions

La bactérie intestinale provient de différentes souches et espèces, ce qui influence significativement son action thérapeutique. Certains souches bactériennes se révèlent plus efficaces, pour prévenir et traiter certains troubles digestifs, ou pathologies en relation avec la santé intestinale. Voici un aperçu des bénéfices des souches bactériennes, qui permettent de lutter activement contre (10, 19, 20, 21) :

  • Douleurs abdominales et ballonnements, dus au côlon irritable 
  • Les symptômes de diarrhée, et constipation 
  • La diarrhée causée par les antibiotiques
  • Les affections respiratoires
  • Le diabète
  • Les allergies

Des études ont prouvé que la prise de probiotiques avait la capacité d’améliorer les difficultés respiratoires, liées aux allergies saisonnières  – tels que les symptômes de rhinoconjonctivite (21).

En Résumé

La science et la médecine sont fascinées par ce gigantesque, et complexe ecosystème, que représente notre flore intestinale. Nous savons aujourd’hui que le microbiote a une influence majeure sur notre métabolisme et système immunitaire; mais peut aussi avoir un impact sur notre santé mentale, ou le développement de maladies graves – comme les tumeurs cancéreuses.

La diversité de bactérie intestinale est gardienne de l’équilibre du microbiote, et des fonctions digestives ; c’est pourquoi il est essentiel de préserver, et renouveler nos bactéries. Elles peuvent diminuer ou s’affaiblir suite à des pathologies variées, comme la malnutrition, la prise d’antibiotiques, ou  des suites du processus naturel de vieillissement. C’est pourquoi les suppléments de bactérie intestinale permettent de s’assurer de leur diversité et développement au sein du corps. humain. Pour un corps sain, dans un intestin sain : misez sur la bactérie intestinale !

Si jamais notre guide sur la bactérie intestinale vous a plu, laissez-nous un commentaire ou partagez l’article avec vos amis, merci !

(Source de l’image principale : Silviarita: 3186730/ 123rf.com)

Références (25)

1. Guarner F., Papel de la flora intestinal en la salud y en la enfermedad [Internet]. Nutrición Hospitalaria. 2007. [Consultado el 28 Abr 2020].
Source

2. Teresa A., Giuseppe D., Susana D., Manuel F. Microbiota [Internet]. Recomendaciones de la Sociedad Española de Enfermedades Infecciosas y Microbiología Clínica. 2016. [Consultado el 29 Abr 2020].
Source

3. Inés K., Mónica K., Ana C., Marianela A., María A., Vanesa A., Marisa A., Lilia C., Tamara C., Paola H., Silvia S., Martín V., Martín G. Microbiota Intestinal – Huésped ¿Nexo Salud-Enfermedad? [Internet] Actualización en Nutrición Vol. 15 Nº 2. 2014. [Consultado el 29 Abr 2020].
Source

4. Rafael C. Síndrome de intestino irritable [Internet]. Elsevier. 2010. [Consultado el 29 Abr 2020].
Source

5. Mario G., Fanny A., Composición y Funciones de la Flora Bacteriana Intestinal [Internet] Repertorio de Medicina y Cirugía. 2011. [Consultado el 28 Abr 2020].
Source

6. Moreno V. Flora bacteriana intestinal [Internet]. Anales de Pediatría. 2006. [Consultado el 29 Abr 2020].
Source

7. Neus E. Cómo elegir un buen probiótico [Internet]. Soycomocomo.es. 2017. [Consultado el 30 Abr 2020].
Source

8. Emma W., Intestinal bacteria and ageing [Internet]. Smith and Nephew Research Centre. 2007. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Source

9. Francisco F., y cols. Probióticos y prebióticos [Internet]. Guías Mundiales de la Organización Mundial de Gastroenterología. 2017. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Source

10. Hungin A. y Cols. Probiotics in the management of lower GI symptoms in clinical practice [Internet]. The European Society for Primary Care Gastroenterology. 2013. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Source

11. AEProbio. Clinical Guide to Probiotic Products Available in Canada [Internet]. Probioticchart.ca. 2020. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Source

12. AEProbio. Clinical Guide to Probiotic Products Available in USA [Internet]. Probioticchart.ca. 2020. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Source

13. Suma M., Anthony L. Low-FODMAP Diet for Treatment of Irritable Bowel Syndrome [Internet]. Gastroenterology and Hepatology The Independent Peer-Reviewed Journal. 2012. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Source

14. Antonieta G., Ramon B. Probióticos [Internet]. Elsevier. 2017. [Consultado el 3 de Mayo del 2020].
Source

15. Eva C. Alimentos prebióticos y probióticos [Internet]. Elsevier. 2004. [Consultado el 3 de Mayo del 2020].
Source

16. Natalia C., Francisco G., Raquel M., Sonia N., Teresa R., Juan R., Juan S. Microbiota Intestinal y Salud, Cuidando nuestras Bacterias [Internet]. Colegió Oficial de Enfermería de Cantabria. 2018. [Consultado el 3 de Mayo del 2020].
Source

17. Luis Antonio L. Nutrición simbiótica: recuperar y mantener la salud a través de los alimentos fermentados [Internet]. Vivosano.org. 2017. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Source

18. Sneyder R. y Cols. Encapsulación de Alimentos Probióticos mediante Liofilización en Presencia de Prebióticos [Internet]. Información Tecnológica Vo. 27. 2016. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Source

19. Rigassio R. y Cols. Effect of Lactobacillus rhamnosus LGG® and Bifidobacterium animalis ssp. lactis BB-12® on health-related quality of life in college students affected by upper respiratory infections [Internet]. The British Journal of Nutrition. 2012. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Source

20. Rajesh V. Impact of probiotics on health-related quality of life in Type II diabetes mellitus: A randomized single-blind, placebo-controlled study [Internet]. College of Pharmacy, Mandya . 2019. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Source

21. Dennis W. y Cols. Probiotics (Lactobacillus gasseri KS-13, Bifidobacterium bifidum G9-1, and Bifidobacterium longum MM-2) improve rhinoconjunctivitis-specific quality of life in individuals with seasonal allergies: a double-blind, placebo-controlled, randomized trial [Internet]. Euro J of Clinical Nutrition. 2017. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Source

22. Montse V. Probióticos y salud [Internet]. Elsevier. 2015. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Source

23. Oscar B. Inocuidad, prevención y riesgos de los probióticos [Internet]. Revista chilena de pediatría. 2017. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Source

24. Office of Dietary Supplements. Probiotics [Internet]. National Institutes of Health, Office of Dietary Supplements. 2020. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Source

25. Rodríguez Y. y Cols Encapsulación de probióticos para aplicaciones alimenticias [Internet]. Revista Biosalud. 2016 [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Source

Pourquoi tu peux me faire confiance?

Article scientifique
Guarner F., Papel de la flora intestinal en la salud y en la enfermedad [Internet]. Nutrición Hospitalaria. 2007. [Consultado el 28 Abr 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Teresa A., Giuseppe D., Susana D., Manuel F. Microbiota [Internet]. Recomendaciones de la Sociedad Española de Enfermedades Infecciosas y Microbiología Clínica. 2016. [Consultado el 29 Abr 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Inés K., Mónica K., Ana C., Marianela A., María A., Vanesa A., Marisa A., Lilia C., Tamara C., Paola H., Silvia S., Martín V., Martín G. Microbiota Intestinal – Huésped ¿Nexo Salud-Enfermedad? [Internet] Actualización en Nutrición Vol. 15 Nº 2. 2014. [Consultado el 29 Abr 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Rafael C. Síndrome de intestino irritable [Internet]. Elsevier. 2010. [Consultado el 29 Abr 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Mario G., Fanny A., Composición y Funciones de la Flora Bacteriana Intestinal [Internet] Repertorio de Medicina y Cirugía. 2011. [Consultado el 28 Abr 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Moreno V. Flora bacteriana intestinal [Internet]. Anales de Pediatría. 2006. [Consultado el 29 Abr 2020].
Aller à la source
Article d'information
Neus E. Cómo elegir un buen probiótico [Internet]. Soycomocomo.es. 2017. [Consultado el 30 Abr 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Emma W., Intestinal bacteria and ageing [Internet]. Smith and Nephew Research Centre. 2007. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article d'information
Francisco F., y cols. Probióticos y prebióticos [Internet]. Guías Mundiales de la Organización Mundial de Gastroenterología. 2017. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Hungin A. y Cols. Probiotics in the management of lower GI symptoms in clinical practice [Internet]. The European Society for Primary Care Gastroenterology. 2013. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
AEProbio. Clinical Guide to Probiotic Products Available in Canada [Internet]. Probioticchart.ca. 2020. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
AEProbio. Clinical Guide to Probiotic Products Available in USA [Internet]. Probioticchart.ca. 2020. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Suma M., Anthony L. Low-FODMAP Diet for Treatment of Irritable Bowel Syndrome [Internet]. Gastroenterology and Hepatology The Independent Peer-Reviewed Journal. 2012. [Consultado el 2 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Antonieta G., Ramon B. Probióticos [Internet]. Elsevier. 2017. [Consultado el 3 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Eva C. Alimentos prebióticos y probióticos [Internet]. Elsevier. 2004. [Consultado el 3 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article d'information
Natalia C., Francisco G., Raquel M., Sonia N., Teresa R., Juan R., Juan S. Microbiota Intestinal y Salud, Cuidando nuestras Bacterias [Internet]. Colegió Oficial de Enfermería de Cantabria. 2018. [Consultado el 3 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Luis Antonio L. Nutrición simbiótica: recuperar y mantener la salud a través de los alimentos fermentados [Internet]. Vivosano.org. 2017. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Sneyder R. y Cols. Encapsulación de Alimentos Probióticos mediante Liofilización en Presencia de Prebióticos [Internet]. Información Tecnológica Vo. 27. 2016. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article d'information
Rigassio R. y Cols. Effect of Lactobacillus rhamnosus LGG® and Bifidobacterium animalis ssp. lactis BB-12® on health-related quality of life in college students affected by upper respiratory infections [Internet]. The British Journal of Nutrition. 2012. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Rajesh V. Impact of probiotics on health-related quality of life in Type II diabetes mellitus: A randomized single-blind, placebo-controlled study [Internet]. College of Pharmacy, Mandya . 2019. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Dennis W. y Cols. Probiotics (Lactobacillus gasseri KS-13, Bifidobacterium bifidum G9-1, and Bifidobacterium longum MM-2) improve rhinoconjunctivitis-specific quality of life in individuals with seasonal allergies: a double-blind, placebo-controlled, randomized trial [Internet]. Euro J of Clinical Nutrition. 2017. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Montse V. Probióticos y salud [Internet]. Elsevier. 2015. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Oscar B. Inocuidad, prevención y riesgos de los probióticos [Internet]. Revista chilena de pediatría. 2017. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Office of Dietary Supplements. Probiotics [Internet]. National Institutes of Health, Office of Dietary Supplements. 2020. [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Article scientifique
Rodríguez Y. y Cols Encapsulación de probióticos para aplicaciones alimenticias [Internet]. Revista Biosalud. 2016 [Consultado el 8 de Mayo del 2020].
Aller à la source
Revues